Église Orthodoxe Neuchâteloise
Verset biblique : "Le Seigneur, c’est l’esprit. Et là où est l’esprit du Seigneur, c’est la liberté."   (2Co 3,17)
Calendrier
Samedi 24 octobre 2020
./images/st-a-07.jpg
Sts Aréthas et ses compagnons
Ste Sébastienne
Sts Marc, Sotéric et Valentine
St Acace
St Nerdon
Sts Aréthas, Sisoès et Théophile le Silencieux des Grottes de Kiev
St Jean des Laures de Pskov
St Senoch de Tours
St Magloire de Dol

Poèmes de Béatrice
Béatrice Clémentine Béatrice Clémentine Landry Farron dite Béatrice Clémentine est née le 30 août 1938 à Neuchâtel (Suisse). Orthodoxe de longue date, elle a fait des études de lettres. Avant d’embrasser la foi orthodoxe, elle a étudié entre autres Maître Eckhart et Simone Weil, et est devenue poétesse au cœur de l’orthodoxie. Pétris avec la pensée des grands mystiques byzantins et russes, ses poèmes s’ancrent pleinement dans la tradition de l’Église d’Orient et ils touchent le cœur et l’intellect imprégnés de l’esprit de la philocalie (du grec : « amour de la beauté »).

Béatrice est l'auteur de trois recueils de poésies : pour en obtenir des exemplaires, nous vous remercions de prendre contact. Vous trouverez ci-dessous des vidéos et des extraits de ses recueils. 
 
Béatrice Clémentine  

  
video_beatrice.jpgVidéos des poèmes de Béatrice
 

Poèmes extraits des recueils de Béatrice

Dans la grotte de mon cœur
L’Enfant-Dieu naît,
Naît et renaît à chaque instant...
Ô ma douleur,
Ô mon bonheur,
la grotte de mon cœur
où respire l’humilité suprême,
le chant de la pauvreté
où tressaille l’humus solaire
sourdant des lèvres du silence...

Grotte : tombeau,
berceau d’Amour...
l’Enfant dort
bercé en des rayons de lune,
langes incandescents,
neige tiède, chaste et douce
comme le premier matin du monde.
Grotte : maison de prière,
non caverne de bandits,
Maison de Dieu.

Ô grotte : l’intime de l’Être,
le Cœur du cœur,
l’Âme de la vie,
grotte : le soupir de l’Ultime...
Grotte : crèche de Noël,
berceau de l’Infini,
regard de l’Ange,
grotte où le Nom est enfoui.

Adoration du Nom,
feu de la Grâce
qui m’attouche
comme une épée de diamants.
Je veux célébrer le chant de la grotte,
le solo sublime de mon âme-enfance
qui, tel un berceau accueille
l’Enfant-Roi...

Oh ! effleurer l’Indicible,
La beauté diaphane
des fleurs blanches de Noël,
roses fragiles
comme les joues
délicates et fraîches du firmament.

Sous mes doigts de poète
Frémissent les bleus guérets
de l’hiver commençant...
Oh ! caresser l’orbe clair du jour,
que l’Enfant soit bercé
dans la rosée des larmes cristallines.

Que ma maison, mon âme,
soit tissée de prières.
J’aime le Seigneur
Plus que moi-même.
Grotte : Maison de l’Invisible...

Je m’avance en tremblant
en ce Saint Sanctuaire,
j’attends la Parousie du matin,
j’effleure la beauté du Nom.
Je m’approche du Saint Calice,
je veux le Seigneur en tremblant,
Ô saints frémissements.
Bois le breuvage divin,
Dieu Se révèle
dans un fin bruissement
en des cavernes intérieures ourlées de lumière...
Elie, Elie : bruissement d’un souffle ténu... (IR.19/12-13)

Ô grotte de la Nativité,
devant Ta future Croix,
la Vierge Marie tourne le dos
Te bercer n’osant...
Ô pudeur mariale,
sentant déjà jusque dans ses entrailles
Ta future Crucifixion, Ô Dieu...

Ô Vierge-Mère,
un glaive te transperce le cœur,
Ô Vierge Marie,
amour crucifié de la Mère ;
déjà les langes sont bandelettes,
paille incandescente,
la sève du Très Saint Tombeau,
la Coupe de toujours,
feu, lumière...

Et la Vierge Marie
pose délicatement
sa tête de Mère
sur le Visage fragile
de l’Enfant-Dieu bientÔt crucifié ;
effleurements divins,
caresses de l’Indicible...

Grotte de Noël,
le monde animal cÔtoie les Anges
qui l’Alléluia chantent...
Ô vierge tendre,
Qui Te bercer n’ose
Tant sa souffrance est grande...

Naissance du Dieu-Homme
dans la chair de la terre.
Naissance de Dieu
dans la Grotte du Mystère,
dans l’âme du cœur souffrant,
transpercé par un glaive...

Ô sainte maternité de l’âme,
enfanter le Dieu-Homme
à chaque instant qui passe
dans le cœur du jour à venir,
douceur de la Transcendance...

Ô Sainte Mère de l’humanité,
dans la Grotte de l’humilité
avec le bœuf et l’âne,
la création entière, les Anges et les Archanges.

Oui, devant la Grotte de Noël,
Dieu tout-puissant m’attend.
Mon âme est alors paille subtile
où repose l’Enfant
roses blanches de Noël
qui bruissent doucement.

Devant un si grand Mystère
Mon âme a le vertige
et crie en chuchotant :
Seigneur que j’aime,
de moi aie pitié en l’intime de mon être,
sur l’épiderme fervent,
de mes jours le firmament.

Béatrice Clémentine - Poèmes Méditations,
13 décembre 2006

Je crie vers Toi

conduis-moi sur le chemin de toujours,
sur le rocher des claires et saintes béatitudes Dieu d'Amour,
rocher des résurrections intérieures,
Pierres de nacre,
émeraudes,
visage étincelant,
irradiant la Lumière.
Seigneur, source,
rocher mon refuge,
le rocher de ma force,
mon refuge est en Dieu
Et la colombe,
la Bien-Aimée
se cache dans les rochers ;
j'aperçois son beau visage.
Ô roc de la foi.
Et la pierre devant le Tombeau fut roulée,
le linceul plié,
Dieu ressuscita.
Ô rocher spirituel,
Christ : source d'eau
claire et pure dans le petit matin.
Dans la nuée,
maritimes étendues,
ils burent à un rocher spirituel
l'eau de la sainteté promise,
nuée diaphane, océane,
mer préfigurant l'avènement du Christ.
Ô pierre angulaire,
pierre d'achoppement si forte
que tout se brise contre elle.
Pierre : église
Et le temple sera détruit,
subsistera la Croix du Christ
qui conduit à la Résurrection.
Pierre sainte de la pécheresse.

Béatrice Clémentine - Poèmes Méditations,
24 juillet 2005

Ô pluie

Ô pluie : bénédiction,
pluie qui tombe sur les bons et les méchants
avec indifférence,
pluie d’amour, miséricorde divine...
Tu dois aimer tes ennemis...
Ô bénédiction,
pluie fine, presque rosée,
pluie : fraîcheur de l’Esprit,
pluie à laquelle Dieu-Créateur
une limite assigne. (Job 28/26-27)

Ô pluie : créature de Dieu.
C’est le Créateur qui est maître
de la pluie et de la nuée qui tonne. (idem)

Ô Créateur,
du cosmos le Maître :
« C’est lui qui répand la pluie sur la face de la terre,
qui fait ruisseler le visage des champs, pour placer au
sommet ceux qui gisent en bas et pour que les
assombris se dressent sauvés. » (Job 5/10-11)

Ô Dieu qui bénis ce qui germe,
donnant les averses,
et vous moissons généreuses,
moissons intérieures au Cœur
du cœur amant — (Os.10/12)

« Qu’il descende, comme l’averse sur les regains,
comme la pluie qui détrempe la terre ! » (Ps.72/6)

Ô amour de Dieu
qui prodigue la manne,
pluie de bénédictions,
pluie de prière et de ferveur,
nourriture divine : Sainte Eucharistie.

Et la pluie chante en mon cœur amant,
elle chante la bonté insondable du Père...
Pluie d’amour,
Premières pluies : premières bénédictions,
pluies torrentielles,
pluies qui frappent l’intime de mon cœur,
déluges intérieurs,
âme rafraîchie par cette eau de Dieu.

Averses,
pluies d’automne pour me sauver,
pluies de printemps. (Joë.2/23)

Oui Seigneur :
« Son lever est sûr comme l’aurore, il viendra vers
nous comme vient la pluie, comme l’ondée de
printemps arrose la terre. » (Os.6/3)

Ô Ephraïm, Ô Juda,
« Votre amour est comme la nuée du matin, comme la
Rosée matinale qui passe. » (Os.6/4)

« Toute pluie et rosée, bénissez le Seigneur ; célébrez-
le et exaltez-le à jamais ! » (Da.grec. 3/64)

Ô pluie : cadeau de Dieu !
Tu n’as pas déraciné la maison bâtie sur le roc
mais tu as frappé la maison bâtie sur le sable.
Elle s’est écroulée et grande fut sa ruine. (Mt 7/24-27)

Ô pluie qui tombe
sur les justes et les injustes :
tous sont appelés mais peu sont élus.

La pluie vient,
tu sais la reconnaître aux nuages qui se lèvent,
à la chaleur accablante,
tu sais la reconnaître au vent de midi,
mais le temps du Jour
tu ne le connais pas,
le Temps présent dans l’Eternité
tu ne sais pas. (Lc.12/54-56)

Saint Elie, Saint Elie prophète,
prière d’où sourd la pluie fine et chatoyante.
Par grâce tu commandes à la pluie et à la rosée :
« Il n’y aura ces années-ci ni rosée ni pluie sinon à ma
Parole. » (1R.17/1)

« Elie était un homme semblable à nous ; il pria avec
ferveur pour qu’il ne plût pas ; et il ne plut pas sur la
terre pendant trois ans et six mois ; puis il pria de
nouveau, le ciel donna de la pluie, la terre produisit
son fruit... » (Ja 5/17-18)

Pluie : don de Dieu, bénédiction—
« Je ferai tomber en son temps la pluie qui sera une
pluie de bénédiction. » (Ez.34/26)

Ô pluie divine,
cette eau de Dieu,
fille de la justice,
rafraîchis mon âme-enfance
jusqu’à la fin des temps.

Béatrice Clémentine - Poèmes Méditations,
14 août 2006

AddInto Partager   Imprimer Imprimer



Dernières nouvelles

Lettre pastorale Msg Josepf -Semaine Sainte 11/04/2020

page1image59819648

Patriarcat de Roumanie 

Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale Archevêché Orthodoxe Roumain d'Europe Occidentale 

1 Bd du Général Leclerc 91470 Limours – France
tel: (33) 1 64 91 59 24 ; fax: (33) 1 64 91 26 83; e-mail: cabinet@mitropolia.eu, www.mitropolia.eu 

 

Fidèles bien-aimés, 

Paris, le 10 avril 2020 

Nous allons vivre la Semaine de Passion qui débute maintenant dans nos propres maisons. Les circonstances dramatiques que le monde entier traverse ne nous permettent pas de nous rendre aux offices à l’église, car cela risquerait de faciliter la contamination d’un grand nombre de personnes, ce qui deviendrait très difficile à contrôler et à porter pour le monde où nous vivons. Nous allons donc devoir transformer notre maison en église, et y reconstituer tout l’espace liturgique de l’église nous permettant de vivre véritablement cette Semaine Sainte, puis ensuite la Pâque, la Résurrection du Christ. 

Tout d’abord, continuons à jeûner, c’est-à-dire à suivre le Christ dans le désert sur le chemin du carême que Lui-même a fait pour nous. Mais suivons le Christ également sur le chemin de la Passion, qui commence au moment de la résurrection de Son ami Lazare et de Son Entrée à Jérusalem, et qui s’achève lors de la mise au tombeau. Le jeûne nous aide physiquement et spirituellement à vivre de manière plus authentique, avec le Christ, Sa Passion source de vie. 

Chaque jour qui vient, que nous avons l’habitude d’appeler Semaine Sainte ou Semaine de la Passion, est un jour unique et très important dans l’histoire du salut de l’homme, dans la vie de notre Seigneur Jésus Christ et dans notre propre vie, et tire son sens et sa raison d’être de celle du Seigneur et de ce qu’Il fait pour chacun d’entre nous, génération après génération, pour l’Église entière dont tous les baptisés sont les membres, comme pour l’entière humanité. 

Il est important que vous ayez dans votre maison un endroit spécial pour la prière, un coin de prière, un emplacement où vous pouvez déposer l’icône de la fête en cours (pour chaque jour de la Semaine Sainte il y a une fête spéciale). Comme dans l’église nous avons le lutrin où repose l’icône de la fête (de la Résurrection le dimanche, etc.), il serait bon que vous en fassiez de même chez vous. Si vous n’avez pas les icônes des fêtes qui approchent, nous allons vous en envoyer par mail en format électronique, que vous pourrez imprimer sur papier, et même comme cela, vous pourrez les déposer dans votre coin de prière : la résurrection de Lazare (demain), l’Entrée à Jérusalem (les Rameaux), l’icône de l’Époux pour le début de la Semaine Sainte (Lundi, Mardi et Mercredi), la Cène mystiquele Lavement des Piedsla Crucifixionla Mise au Tombeau, et enfin la Descente aux enfers ou Résurrection

De plus, essayez autant que possible de suivre les offices liturgiques retransmis en direct, non pas en restant affalés sur votre canapé, mais en vous tenant véritablement comme si vous étiez dans l’église, avec beaucoup d’attention, car dès aujourd’hui, votre maison se transforme en église. Inclinez-vous devant l’icône de la fête avant le début de l’office et à la fin de celui-ci, éventuellement en vous oignant d’huile bénite si vous en avez. 

Dans les lignes qui suivent, nous allons vous décrire les moments par lesquels nous allons passer dès demain, et les gestes que nous pourrons accomplir de chez nous. 

Le Samedi de Lazare : c’est la manifestation de la puissance du Christ sur la vie et la mort, et le témoignage que la résurrection de chacun d’entre nous est une réalité. (Nous placerons l’icône de la Résurrection de Lazare dans notre coin de prière) 

Le dimanche de l’Entrée à Jérusalem de notre Seigneur (Rameaux) : le miracle de la résurrection de Lazare a provoqué un grand enthousiasme parmi les habitants de Jérusalem, qui reçoivent alors le Christ-Seigneur siégeant sur un âne comme un Roi, en Lui criant : Hosanna ! Béni est Celui qui vient au Nom du Seigneur ! Accueillons-nous aussi dans notre cœur le Donateur-de-vie avec les palmes éclatantes et odorantes de nos œuvres et pensées de repentir et d’amour. (Nous placerons dans notre coin de prière l’icône de l’Entrée à Jérusalem, à côté de laquelle nous placerons un rameau, une branche de feuillage ou des fleurs) 

Le Lundi Saint : nous faisons mémoire du bienheureux Joseph au-beau-visage, de l’Ancien Testament, vendu pour 30 pièces d’argent par ses frères, devenu alors esclave en Égypte, d’où il sauvera ses propres frères et tous les siens de la famine. Joseph est l’image du Christ, vendu pour 30 pièces d’argent par l’un de Ses disciples, Judas Iscariote. De même, nous commémorons la parabole du Figuier stérile que la parole du Seigneur dessécha. (Nous placerons dans notre coin de prière l’icône de Joseph le dimanche soir à la vigile, et nous y allumerons une veilleuse ; celle-ci nous servira la nuit de Pâques pour prendre la lumière, lorsque le prêtre dira : « Venez prendre le lumière »). 

Le Mardi Saint : nous commémorons les Dix Vierges de la parabole de l’Évangile, cinq sages – qui entrèrent aux noces de l’Époux, et cinq folles – qui ne se soucièrent pas de pourvoir d’huile leur lampe, c’est-à-dire de foi, de bonnes œuvres et de miséricorde, et ne purent parvenir à la noce. Il s’agit d’être prêt à n’importe quel moment à passer de cette vie dans l’autre et à rencontrer le Christ notre Époux. (Nous placerons l’icône représentant les 10 vierges). 

Le Mercredi soir : nous commémorons la femme pécheresse qui versa de la myrrhe sur le Seigneur peu de temps avant Sa Passion salutaire. Au moment où la pécheresse repentie verse la myrrhe de grand prix sur le Créateur et Seigneur, Judas projetait de vendre le Maître pour 30 pièces d’argent. Trouvons à notre tour le repentir de cette femme et prions le Christ-Seigneur de nous guérir de nos passions qui procurent tant de souffrance à nous-même et à nos proches, et de nous aider à éloigner toutes les pensées de doute qui nous poussent à désobéir la parole de Dieu. (Nous placerons l’icône de l’Onction à Béthanie). 

Le Jeudi Saint : nous commémorons quatre mystères : 1. Le Lavement des pieds ; 2. La Cène mystique ; 3. La prière suprême du Christ (dans le jardin de Gethsemani, où Il transpira d’une sueur de sang) ; 4. La trahison de Judas qui vendit le Seigneur(Nous placerons l’icône du Lavement des pieds, de la Sainte Cène, et de Judas vendant le Christ pour 30 pièces d’argent)

Le Jeudi Saint au soir, nous lirons en direct les 12 évangiles de Passion. Il serait souhaitable que vous placiez dès ce moment-là une petite table au milieu de votre « petit sanctuaire », afin d’y élever la Croix. Si vous n’avez pas de croix qui tienne debout, vous avez quelques jours pour en fabriquer une, avec ce que vous trouverez chez vous, même de manière très artisanale. 

Le Vendredi Saint : nous célébrons les saintes Souffrances que notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus Christ endura pour notre salut (les crachats, les soufflets, la flagellation, les insultes, les moqueries, le manteau de pourpre, le roseau, l’éponge, le vinaigre, les clous, la lance et surtout le croix et la mort, qu’Il accepta librement pour nous sauver ; et nous y ajoutons la mémoire de la confession par laquelle le bon Larron, crucifié avec Lui, trouva le salut sur la croix

Lors des Vêpres du Vendredi Saint, nous allons déposer le Seigneur au Tombeau. À ce moment-là, la Croix sera remplacée par l’épitaphios sur l’« autel » de votre « sanctuaire ». (ATTENTION : il serait souhaitable que vous fabriquiez un épitaphios. Si vous avez des enfants, impliquez-les autant que possible dans la confection de cet épitaphios, en leur expliquant le sens de ce qu’ils font, qui n’est rien de moins que préparer un tombeau pour le Seigneur, comme le fit jadis Saint Joseph d’Arimathie. C’est un acte liturgique que vous accomplirez, et non pas un jeu de divertissement, donc il est à réaliser avec le plus grand sérieux, dans une profonde dévotion, avec la crainte inouïe qu’a pu ressentir Saint Joseph lorsqu’il fit descendre le corps inerte du Seigneur de la Croix pour le placer dans le Tombeau. Pour la réalisation de votre épitaphios, vous avez, parmi les icônes que nous vous envoyons, celle de la Mise au tombeau, que vous pouvez imprimer chez vous, ou faire imprimer sur toile sur l’un des sites d’impression si vous en avez encore le temps (par exemple Photoweb), ou vous pouvez simplement prendre un tissu et essayer de dessiner dessus l’image du Seigneur sur la pierre d’onction. Mais là encore, il ne faut jamais perdre de vue que vous êtes dans l’église et accomplissez un acte liturgique, donc il n’y a pas de place pour les extravagances ou la légèreté. Votre épitaphios peut-être très sobre, fait avec les « moyens du bord », car ce tissu (ou papier si vous n’avez pas d’autre possibilité) EST liturgiquement le Tombeau du Seigneur. Prévoyez aussi un cierge.) 

Le Vendredi Saint au soir, nous nous rassemblerons encore en ligne pour chanter les stances des Matines du Samedi Saint, joignant nos voix à celles de femmes Myrrhophores accourues au Tombeau. Vous serez en famille réunis autour du Tombeau (l’épitaphios que vous aurez fabriqué), et nous les chanterons tous ensemble. 

Le Samedi Saint : nous célébrons la divine Sépulture et le Séjour aux Enfers de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ, qui a fait passer le genre humain de la mort à la vie éternelle. (l’épitaphios restera sur la table de notre coin de prière jusqu’à la nuit, où il sera remplacé par l’icône de la Résurrection – dite de la Descente aux enfers). 

Ainsi, du Jeudi Saint à la nuit de Pâques, vous aurez reconstitué dans votre maison devenue église l’espace liturgique de la Semaine Sainte. Vous pourrez prier autant que vous le souhaitez au pied de la Croix la nuit du Jeudi au Vendredi, et vous recueillir sur le Tombeau du Seigneur la nuit du Vendredi au Samedi, et encore toute la journée du Samedi. 

Enfin, n’oubliez pas de vous procurer un cierge ou une bougie ou ce que vous trouverez, non seulement pour allumer le Vendredi Saint autour de l’épitaphios, mais surtout pour la nuit de Pâques, afin que chacun de vous ait un cierge pascal, et qu’à l’appel que vous entendrez en ligne « Venez prendre la lumière », tout le monde allume son cierge, représentant la Lumière de la Résurrection, et le tienne allumé jusqu’à la fin de l’office. 

Nous sommes véritablement enfermés dans nos maisons, et c’est très triste pour chacun d’entre nous, mais réjouissons-nous d’avoir la possibilité de suivre les offices et de vivre en profondeur et en réalité le déroulement de la Passion et de la Résurrection du Christ. C’est même une occasion unique qui se présente à nous. Jamais nous n’avons eu la possibilité pendant la Grande Semaine de transformer notre maison en église et d’y vivre le plus grand mystère qui soit : la Passion, la Mort et la Résurrection du Fils de Dieu devenu Homme, notre Frère. C’est une occasion de sanctifier nos maisons, de nous sanctifier nous-mêmes, et pour les familles, c’est l’occasion d’une catéchèse liturgique exceptionnelle. L’an prochain vos enfants arriveront à l’église le Vendredi Saint, et comprendront concrètement ce qui s’y déroule, parce qu’ils l’auront vécu chez eux cette année. Profitez de cette occasion pour les impliquer autant que possible dans la préparation de la Pâques centrant tout sur la prière et sur ce que le Christ a enduré dans Son amour infini pour nous. Laissons cette fois-ci les préparations culinaires au dernier plan, au profit de l’âme. 

Vous trouverez ci-joint les images et fichiers électroniques évoqués ci-dessus dont vous aurez besoin. 

En vous souhaitant une fin de Carême remplie de bénédictions et une sainte préparation à la Semaine de la Passion, je vous porte dans mes prières et vous assure de tout mon amour paternel. 

† Le Métropolite Joseph 

page4image59867136page4image59869008

 

CLARIFICATIONS-COVID19 20/03/2020

 Chers frères et soeurs en Christ 

   Dans cette période plaine de tentations nous sommes tous appelés de prier pour la guérison de tous ce qui sont tombés malades et pour le salut du monde. Chaque un chez soi peut se rejoindre dans la prière personnelle aux autre fidèles de la paroisse, chaque soir à 18h00 - nous avons créé un groupe whatsapp et il y a un  programme de prière pour chaque soir 
   Pour ceux qui aimeraient prier dans l'église , elle sera ouverte de lundi à samedi de 11h00 à 20h00 et le Dimanche de 12h00 à 18h00 

  Pour tout renseignement et conseil spirituel contactez père Marius 076 603 21 29 ou mariusmanea2004@yahoo.com

Que Dieu vous bénisse 
 

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne